Agile vs Waterfall vs hybride : quelle approche adopter pour votre PMO ?

Waterfall VS Agile VS Hybride

Entre les cadres de gestion de projet Agile vs Waterfall vs hybride, le choix est délicat. Quelle approche privilégier pour gérer les portefeuilles de projets et de produits de votre PMO ? La société et le monde professionnel ont changé. Les délais de mise sur le marché des nouveaux produits et services réclamés par les utilisateurs se sont réduits. Et les professionnels ont dû adapter leurs pratiques à ce nouvel environnement en constante évolution.

Par conséquent, la méthode de travail idéale peut varier d’une entreprise à l’autre, mais aussi à plus petite échelle. Au sein d’un même portefeuille, il arrive que différents projets et programmes nécessitent des choix différents. C’est pourquoi des organisations toujours plus nombreuses adoptent une approche hybride de la gestion de portefeuilles de projets (PPM). Elles combinent ainsi le meilleur des méthodologies agiles et des modèles traditionnels pour créer de la valeur.

Dans cet article, nous commencerons par définir la gestion de portefeuilles hybride. Nous verrons ensuite quels éléments elle emprunte aux méthodologies agiles et aux modèles traditionnels. Enfin, nous passerons en revue les défis et les avantages de cette approche.

Agile vs Waterfall, le débat éternel

Pendant des décennies, les équipes informatiques ont utilisé des modèles rigides et structurés comme Waterfall pour gérer leurs projets. La sortie du Manifeste agile en 2001 et la montée en puissance des différents frameworks agiles ont tout changé. Du jour au lendemain, un nouvel éventail de possibilités a émergé : Kanban, Scrum, Lean… Les équipes de développement ont réalisé qu’elles pouvaient accélérer la livraison de valeur grâce à des méthodologies itératives. La gestion de portefeuilles de projets et de produits ne serait plus jamais la même.

Alors, entre Agile vs Waterfall, quelle approche est la meilleure ? L’utilisation des méthodologies agiles s’est répandue bien au-delà des départements informatiques. Elle a commencé à impacter d’autres domaines comme le développement logiciel, le marketing et les opérations. Le débat s’est alors intensifié. En effet, de nombreuses sociétés se tournent vers Agile sans prendre le temps de la réflexion. Elles suivent cette « mode » sans se demander si elle est vraiment adaptée à leur PPM.

Découvrez Triskell en action lors d’une démo personnalisée

Comme dans la plupart des domaines, il n’y a pas de réponse absolue. On n’adopte pas une approche parce qu’elle est à la mode ou « parce qu’on l’a toujours utilisée ». S’en tenir à une seule méthode de travail pour de telles raisons est une erreur. Les entreprises sont toujours plus nombreuses à s’en rendre compte et à sortir de ce schéma. Leur choix se porte alors sur des approches hybrides de la gestion de portefeuilles.

Mais avant de nous pencher sur le concept du PPM hybride, intéressons-nous à ses ancêtres. Commençons par définir les approches Waterfall et Agile ainsi que leurs différences et similarités.

Le modèle Waterfall et la gestion de portefeuilles de projets

Inventé en 1970 par Winston Royce, Waterfall est le modèle de gestion de projet, programme et portefeuille le plus répandu. De par son ancienneté, il est facile à comprendre et à appliquer.

Ce modèle « en cascade » est un cadre linéaire dans lequel chaque phase d’un projet est clairement séparée des autres. Un projet ne passe pas à la phase suivante tant que l’étape actuelle n’est pas terminée.

Cette contrainte en fait un modèle très rigide qui laisse peu de place à l’erreur ou au changement. Cela se vérifie particulièrement en début de projet. Par conséquent, il est essentiel d’assurer un suivi du travail effectué à chaque étape. Les projets qui appliquent cette méthode de travail doivent donc être documentés en détail.

Introduction à la gestion de portefeuilles agile

Ces 20 dernières années, différentes méthodologies agiles ont émergé. Ces approches itératives offrent plus de flexibilité que les modèles traditionnels. Par exemple, en Agile, il arrive souvent que les phases d’un projet se chevauchent.

Comme l’indique le Manifeste agile, les principes directeurs qui régissent les méthodologies agiles contredisent les modèles traditionnels. Voici les raisons à cela :

  • Agile donne la priorité aux interactions et aux personnes plutôt qu’aux processus et aux outils. Elle implique des interactions constantes avec les clients et utilisateurs tout au long du cycle de vie du projet. C’est ce qui rend les méthodologies agiles itératives.
  • Elle accorde moins d’importance aux processus de documentation. Si les modèles traditionnels mettent l’accent sur une documentation exhaustive, Agile a d’autres priorités. Son objectif : créer de la valeur le plus vite possible avec un logiciel fonctionnel ou un produit minimum viable (MVP).
  • Agile favorise la collaboration avec le client dans toutes les phases d’un projet. Et ce, de l’idée initiale à la mise sur le marché, en passant par les tests.
  • Elle n’a pas peur du changement. Les méthodologies agiles privilégient l’adaptabilité et la réactivité au changement. Ces deux aptitudes prennent le pas sur l’adhérence à un plan défini en début de projet.

Agile a contribué de deux manières à l’amélioration du PPM. D’une part, elle a permis de réduire les délais de livraison. D’autre part, elle a nettement amélioré la qualité des produits et services livrés. L’implication des utilisateurs et des clients tout au long du processus y est pour beaucoup.

Agile vs Waterfall : quelles différences ?

Comme vous pouvez le voir, certaines différences entre ces deux cadres de gestion sont évidentes. Voici les plus importantes :

  • Progression du projet : le modèle en cascade est linéaire. Un projet ne passe pas à la phase suivante tant que des tâches sont en cours. En revanche, les méthodologies agiles sont itératives. Certaines phases d’un projet peuvent se chevaucher (par exemple, les phases de développement et de test).
  • Complexité du projet : Waterfall convient mieux aux initiatives dont les exigences et le périmètre sont clairement définis lors de la planification. Lorsque, au contraire, ils sont susceptibles d’évoluer, les méthodologies agiles sont les mieux adaptées.
  • Importance de la documentation : en Agile, la documentation revêt une importance particulière lors de la planification et de la rétrospective de chaque sprint. Elle se limite donc à la phase de développement d’un projet. Avec un modèle traditionnel, la documentation est exhaustive à toutes les étapes d’un projet.
  • Interaction avec les utilisateurs : pour les équipes en mode agile, les retours des utilisateurs et des clients arrivent tout au long du projet. Avec Waterfall, ces retours arrivent uniquement après les jalons du projet et, surtout, la bonne livraison des résultats attendus.

Similarités entre Agile et Waterfall

Malgré leurs différences frappantes, ces deux méthodes de travail présentent de fortes similarités. Cela explique comment elles peuvent coexister dans le domaine du PPM.

Voici les principales similarités entre Waterfall et Agile :

  • Accent sur la création de valeur : gestion de projet, développement de logiciels ou de nouveaux produits et services… Quel que soit le contexte, Agile et Waterfall ont le même objectif : créer de la valeur. Seuls leurs moyens d’y parvenir diffèrent.
  • Nécessité de la planification : ces deux approches accordent une grande importance à la planification. Celle-ci intervient toutefois à des étapes différentes du cycle de vie des projets et programmes. Avec le modèle en cascade, cette planification a lieu au début d’un projet. En Agile, elle a lieu avant chaque sprint des phases d’exécution ou de développement d’un projet.
  • Activités quasiment identiques : planification stratégique, gestion des ressources, gestion financière, gestion de la demande… Toutes ces activités sont aussi pertinentes pour Agile que pour Waterfall.
  • Suivi du statut : ces deux cadres impliquent un suivi du statut des portefeuilles. Simplement, il n’a pas lieu au même moment. Avec un modèle traditionnel, le suivi a lieu tout au long du plan du projet. À l’inverse, Agile met l’accent sur le suivi de la progression de chaque sprint.

Qu’est-ce que la gestion de portefeuilles hybride ?

Agile et Waterfall ont plus de choses en commun que l’on peut s’y attendre. Alors, pourquoi vous contenter de l’une ou l’autre pour gérer vos portefeuilles de projets ? Pourquoi ne pas opter pour une gestion hybride ?

Le PPM s’est grandement complexifié ces dernières années et les PMO doivent gérer des projets toujours plus nombreux. Inévitablement, chaque projet a ses particularités. Certains projets requièrent une gestion agile ; d’autres, un modèle traditionnel. D’autres encore pourraient bénéficier d’une méthode de travail hybride. Pour ces derniers, les méthodologies agiles sont adaptées à certaines étapes et les modèles traditionnels à d’autres.

Alors, qu’est-ce que la gestion de portefeuilles hybride ? Comme l’indique son nom, il s’agit d’un nouveau cadre qui combine deux approches PPM ou plus.

Cette « hybridation » ne se limite pas au modèle en cascade et aux méthodologies agiles. Vous pouvez y intégrer Phase-Gate, PRINCE2, PMBOK, Six Sigma…

L’adoption d’une méthode de travail hybride doit servir votre gestion de portefeuilles. Elle doit vous faire gagner en flexibilité et en adaptabilité pour créer de la valeur le plus vite possible. Et ce, tout en facilitant l’atteinte des objectifs stratégiques de votre organisation.

Agile vs Waterfall vs hybride : quand et comment les appliquer à vos processus PPM ?

De nombreuses sociétés se prétendent agiles sans l’être. Souvent, les principes d’Agile ne sont applicables qu’à certains domaines de l’entreprise ou de sa gestion. Pour aligner la planification stratégique et l’exécution, la cohabitation des méthodologies agiles et des modèles traditionnels s’impose alors.

Votre organisation est confrontée à divers défis liés à la gouvernance et à la gestion. Elle devrait donc être ouverte à l’idée d’utiliser le cadre le mieux adapté pour les relever. Et ce, qu’il s’agisse d’Agile, de Waterfall ou d’une approche hybride.

Voici quelques exemples de scénarios qui montrent clairement quelle méthode de travail convient le mieux à chaque situation :

Cas d’utilisation des méthodologies agiles

Agile est de plus en plus souvent privilégiée pour la gestion de projet, programme et portefeuille. Cela ne signifie pas pour autant que l’agilité fonctionne dans tous les cas. Les méthodologies agiles sont notamment recommandées pour :

  • les initiatives qui consistent à créer quelque chose d’entièrement nouveau (comme un produit, service ou processus).
  • les projets ou produits qui privilégient la vitesse de mise sur le marché plutôt que la qualité.
  • les initiatives confiées à de petites équipes pluridisciplinaires qui doivent réfléchir et travailler en dehors des processus établis par votre société.
  • les projets qui relèvent de secteurs en constante évolution dans lesquels de nouveaux produits et services arrivent régulièrement sur le marché.

Projets pertinents pour le modèle Waterfall

À l’inverse, votre PMO devrait encourager l’utilisation du modèle en cascade pour :

    • les projets ou programmes dont les exigences sont clairement définies dès le départ et ne risquent pas d’être modifiées ultérieurement.
    • les initiatives de grande envergure, lorsque l’équipe projet est très nombreuse.
les projets ou programmes dont le développement implique l’utilisation d’une technologie bien connue de l’équipe projet.
  • les initiatives qui relèvent de secteurs ou d’environnements de travail imposant des protocoles stricts de qualité et de sécurité.
 

Exemple d’approche hybride

L’augmentation du volume de projets renforce le besoin de méthodes de travail différentes. Non seulement pour la gestion de projets individuels, mais aussi celle des portefeuilles.

En adoptant une approche hybride du PPM, votre PMO améliorera sa capacité d’adaptation. Vous pourrez ainsi accélérer les délais de livraison sans sacrifier les exigences et objectifs établis pour chaque portefeuille.

L’exemple suivant montre comment combiner Agile et Waterfall dans un portefeuille de projets :

  • Dans la phase de planification des différentes initiatives, vous pourriez appliquer les principes du modèle en cascade. L’ensemble des parties prenantes devrait établir et valider les exigences, livrables, budgets et dates de livraison de chaque initiative. Il s’agirait d’une condition indispensable pour qu’un projet ou programme passe à la phase suivante.
  • Dans la phase de développement, vous pourriez affecter, gérer et suivre les tâches selon les principes agiles. Ainsi, vos équipes auraient accès aux outils et fonctionnalités les plus couramment utilisés dans les environnements agiles. Elles pourraient notamment allouer des ressources et accomplir des tâches à l’aide de tableaux Kanban ou Scrum.
  • Dans les phases de test et de clôture des projets, vous auriez le choix entre plusieurs cadres. L’approche à privilégier dépendrait du type de projet. Ainsi, pour un programme axé sur le développement de nouveaux produits, Agile pourrait mieux convenir à cette phase. À l’inverse, dans un projet de génie civil, Waterfall serait peut-être un meilleur choix.

Avantages de la gestion de portefeuilles hybride : le meilleur d’Agile et de Waterfall

Convaincus par les avantages des approches hybrides, les PMO sont toujours plus nombreux à les intégrer à leurs processus PPM. Voici certains avantages de la gestion hybride de portefeuilles de projets :

  1. La gestion hybride réunit les avantages d’Agile et de Waterfall sans leurs inconvénients. Son adoption vous permettra de combiner différents cadres dans vos portefeuilles. Vous pourrez ainsi intégrer la planification issue des modèles traditionnels à vos initiatives agiles, et inversement.
  2. Cette nouvelle méthode de travail renforcera votre adaptabilité à toutes les étapes : planification, mise en œuvre, suivi… Votre organisation sera plus réactive aux défis qui se présenteront dans vos portefeuilles de projets.
  3. Elle s’accompagne d’une plus grande efficacité dans la gestion des ressources, budgets ou calendriers de vos portefeuilles. En choisissant l’approche la mieux adaptée à chaque projet, vous éviterez de nombreux goulots d’étranglement et problèmes fréquents.
  4. La gestion de portefeuilles hybride se traduit par de meilleurs résultats. Elle vous permettra de livrer des produits et services de meilleure qualité dans des délais réduits. Ce choix améliorera la compétitivité de votre société et vous atteindrez plus facilement vos objectifs stratégiques.
  5. Ce cadre est aussi un vecteur d’amélioration continue. Au fil du temps et de vos expérimentations avec l’approche hybride, vous peaufinerez vos processus PPM. Vous prendrez de meilleures décisions. Votre entreprise gagnera en efficacité et en productivité.

Défis de la gestion de portefeuilles hybride

Pour combiner efficacement les approches Agile, Waterfall et hybride, votre organisation devra relever les défis suivants :

Accès aux informations : la mise en œuvre d’une méthode de travail hybride passe obligatoirement par l’élimination des silos informationnels. Toutes les parties prenantes doivent avoir accès aux différentes sources d’informations et de connaissances. Vous devez donc mettre en place des processus et outils pour simplifier l’échange et la consultation des informations.

Choix des bons outils de gestion : votre outil de gestion doit vous permettre de combiner Agile et Waterfall ou de choisir entre celles-ci. Cependant, les solutions PPM traditionnelles n’offrent pas une telle flexibilité. Vous devrez donc renouveler la suite d’outils avec laquelle vous gérez habituellement votre portefeuille de projets. Veillez à opter pour des outils PPM capables de s’adapter et d’évoluer en même temps que vos besoins.

Importance d’un logiciel PPM doté de fonctionnalités de gestion de portefeuilles hybride

Comme nous l’avons vu, les logiciels PPM traditionnels ne répondent pas aux défis de la gestion de portefeuilles hybride. Au sein d’un même portefeuille, certaines initiatives se prêteront à des itérations fréquentes et constantes avec les clients. Pour les initiatives à long terme, la planification et la documentation compteront plus que la vitesse de livraison. De nombreux outils PPM ne permettent pas de gérer cette dichotomie.

Pour mettre en place une gestion de portefeuilles hybride, vous devez utiliser un logiciel PPM compatible avec celle-ci. Votre logiciel doit donc proposer des fonctionnalités utiles aux méthodologies agiles aussi bien qu’aux modèles traditionnels. Il doit aussi vous offrir l’adaptabilité et la flexibilité nécessaires pour en tirer le meilleur parti. Ainsi, vous pourrez choisir l’approche adaptée à chacun de vos projets, programmes, produits et portefeuilles.

Voici certaines des fonctionnalités dont tout logiciel PPM doit disposer pour vous permettre d’utiliser un cadre hybride :

  • Avec les tableaux Kanban, vos équipes agiles peuvent organiser leurs sprints et leurs workflows de tâches.
  • Les feuilles de route servent à visualiser le statut de chacune des initiatives en cours.
  • Les diagrammes de Gantt permettent de lister les tâches et de visualiser l’ensemble des projets et programmes. Il s’agit d’un outil basique utilisé avec le modèle en cascade et les approches hybrides.
  • Vous pouvez vous appuyer sur le scoring pour hiérarchiser les différentes initiatives de votre société. Il vous aide à prendre de meilleures décisions quant à la méthode de travail la mieux adaptée à chaque initiative.
  • Les tableaux Scrum permettent aux équipes Scrum de votre entreprise de visualiser leur charge de travail. C’est l’outil idéal pour gérer de A à Z le développement des projets qui leur sont confiés.
  • Grâce aux fonctionnalités de gestion des ressources et de capacity planning, vous pouvez planifier toute la capacité de votre organisation. Elles vous servent à allouer efficacement des ressources à vos différents projets selon la méthodologie choisie pour chacun d’eux.
  • Les feuilles de temps permettent d’enregistrer le temps consacré par vos ressources à chacune des initiatives en cours.
  • Les fonctionnalités de gestion financière sont essentielles pour planifier et gérer avec agilité les budgets et coûts de vos portefeuilles. Votre logiciel PPM doit absolument en être doté.
  • Vos équipes peuvent définir des workflows personnalisables pour chaque scénario. Et ce, qu’elles adoptent une approche agile, traditionnelle ou hybride.
  • Vous pouvez tirer parti des intégrations pour faire de votre logiciel PPM la seule source d’informations. Intégrez à la fois des outils et environnements agiles et des solutions de gestion de projet traditionnelles.

Conclusion : Triskell, le logiciel PPM doté de fonctionnalités hybrides indispensable aux PMO

Waterfall, Agile, Lean, Scrum, Phase-Gate… L’efficacité de ces cadres (et bien d’autres) n’est plus à démontrer. Alors, qu’est-ce qui empêche votre PMO de toutes les prendre en compte dans sa gestion de portefeuilles ? Pourquoi utiliser des outils PPM traditionnels qui n’offrent pas la flexibilité nécessaire pour combiner différentes méthodes de travail ? Pourquoi rester figé dans le passé ?

Triskell est le logiciel PPM le plus flexible du marché. Il vous permet de sélectionner l’approche qui convient le mieux à chaque situation : projet, programme, portefeuille, initiative, demande… Grâce à ses nombreuses fonctionnalités, la plateforme de Triskell saura s’adapter au cadre de gestion de votre choix.

La newsletter du PPM, du pilotage et de la gouvernance

Nos meilleurs conseils PPM dans votre boîte mail tous les 1ers mardis du mois

Ça pourrait vous intéresser

Projets R&D : le guide pour optimiser votre portefeuille

Projets R&D : le guide pour optimiser votre portefeuille

Vous pensez qu’optimiser simplement votre portefeuille de projets R&D est un pari impossible ? Que nenni ! Nous abordons ici les principes fondateurs d’une méthodologie dont la vocation est de vous fournir les clés pour mieux prioriser, arbitrer et suivre votre portefeuille de projets R&D.

WEBINAR PRODUCT TOUR |  TRISKELL PPM

Découverte du logiciel Triskell : transformez la gestion de vos portefeuilles de projets et boostez votre performance ! 

45 mn pour découvrir pourquoi passer à l’outil PPM Triskell, flexible et évolutif, pour assurer le pilotage et la gouvernance de vos projets en toute autonomie !

Jeudi 21 mars à 11h